Les fermiers de la Francilienne
Les fermiers
de la Francilienne
Bouton menu
Les fermiers de la Francilienne

UNE FERME À LA FAC DANS LE 93

LA QUOTI DU SAMEDI – UP le mag - 10/12/2016

LA QUOTI DU SAMEDI – Parce que de nombreuses solutions locales méritent d’être mises en lumière, UP le mag crée un nouveau rendez-vous. Tous les samedis, retrouvez un focus sur une initiative solidaire et durable… en région !

Que peuvent bien faire des moutons et des vaches sur les terrains d’une université ? Bienvenue à la ferme des alternatives, un lieu d’expérimentation, de partage et de rencontre !

Au loin, les tours, en face, les parkings d’un campus, on est loin des paysages champêtres. Et pourtant, c’est bien sur des terrains attenant à l’Université de Paris-XIII, à Villetaneuse, qu’a été inaugurée en juin 2016, la ferme des alternatives. Ici, sur une surface de 5 hectares, on croise moutons, cochons, vaches, lapins, ruches…. Mais attention, on ne parle pas d’élevage. « Nous sommes avant tout une ferme d’animation », précise Julien Boucher, coordinateur du Projet FSE Insertion emploi des jeunes (IEJ) de l’association Les Fermiers de la francilienne.

Dans la même veine que la ferme de la butte Pinson, du côté d’Épinay, gérée par la même association depuis 2014, la ferme des alternatives est un lieu de partage et de découverte. « Nous travaillons sur 3 piliers : l’insertion, l’éducation au développement durable et l’animation du territoire », explique Julien Boucher. Les deux fermes accueillent des groupes scolaires et proposent des activités à des jeunes condamnés à des travaux d’intérêt général (TIG), des personnes qui ont obtenu un aménagement de peine et de nombreux services civiques. « La ferme est un bon support d’émancipation », estime-t-il. Les travaux d’entretien, d’animation et d’alimentation des bêtes sont notamment l’occasion pour les jeunes de s’activer à l’air libre et de se mobiliser en équipe.

Récup’ et convivialité

Sans oublier l’écologie. la ferme des alternatives mise sur le recyclage et la débrouille. Les animaux sont nourris avec du pain et des légumes abîmés récupérés dans les supermarchés des alentours. La plupart des installations sont faites à partir de matériaux de réemploi, comme des palettes et du mobilier voués à être jetés, construits par le collectif Comp’Oz. Même les animaux ont été donnés par des associations ou par des services vétérinaires, s’ils n’ont pas été tout simplement trouvés.

Pour les étudiants de la fac de Paris-XIII, ce lieu est un nouveau terrain d’expérimentation et un support d’étude. Les étudiants en éthologie par exemple, peuvent venir y observer les animaux, tandis que les étudiants en biologie viennent faire des mesures dans un petit cours d’eau qui sera bientôt revalorisé. « Cela permet de mélanger les publics, de décloisonner », souligne Julien Boucher.

Expérimentations agricoles

Prochainement, le terrain de la ferme des alternatives accueillera un food-truck. Une sorte de cafétéria alternative à destination des élèves. Des soirées y seront également organisées. Un médiateur va être embauché pour faire le lien entre les activités de la ferme et les habitants des quartiers voisins. Ici, les publics se mélangent et toutes les bonnes idées sont les bienvenues.

La ferme des alternatives comprend également un projet de permaculture, c’est-à-dire une recherche de système de culture et d’installation où tous les éléments sont reliés entre eux, favorisant la biodiversité et permettant de se passer d’intrants chimiques. Les terrains sont déjà aménagés. Dans un premier temps, ils accueilleront des plantes servant à dépolluer les sols. Par la suite, pousseront peut-être les premiers légumes « made in Villetaneuse ». Step by step.

http://www.up-inspirer.fr/31961-fer...

Rendez-vous

Le 3 septembre
Les guinguettes de la butte Pinson - Portes ouvertes tous les 1er dimanches de chaque mois
Les dimanches 5 mars, 2 avril, 7 mai , 4 juin, 2 juillet, 3 septembre et 1er octobre 2017.
à La ferme de la Butte Pinson